« Hein, mais t’es écolo et tu prends l’avion?! »

Enfant attendant les bagages à l'aéroport

Quand nous sommes rentrés de vacances en France, j’ai posté en story Instagram l’arrivée de nos bagages à l’aéroport de Prague. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir : j’ai reçu un certain nombre de messages taquins « Hein, mais t’es écolo et tu prends l’avion?! ». Même si j’ai bien conscience que les gens qui m’ont envoyé ces messages le faisaient pour rire, je me suis dit que c’était une bonne occasion d’aborder ce sujet ici.

Une question délicate et controversée

Parce que la question de l’avion est délicate, et parce que ce n’est pas un choix évident pour nous (d’autant plus que mon mari (<3) et moi ne sommes pas d’accord sur la question ! ), et aussi, parce que c’est un sujet très abordé en ce moment, notamment du fait de la traversée en voilier de Greta Thunberg vers New-York.

Pourquoi avons-nous pris l’avion ? Parce que nous souhaitions faire une surprise à mes beaux-parents et nous réunir tous pour fêter leurs trente ans de mariage. Et que nous vivons loin. À vrai dire, nous avions prévu de ne pas aller en France cet été, pour économiser un voyage polluant ; cette occasion nous a fait changer d’avis.

Pour une utilisation raisonnée de l’avion

Je pense que, parfois, certaines occasions sont légitimes pour prendre l’avion ; il faut juste les déterminer en conscience. Je prenais cet exemple dans mes 99 choses à faire pour devenir écolo : si ton rêve de toujours est de visiter les États-Unis, vas-y. Fais ton aller-retour en avion. Mais une bonne fois pour toute, et en profitant à fond du temps passé sur place ! N’y retourne pas tous les deux ans, tu as réalisé ton rêve, c’est OK, mais il faut être raisonnable. Tu vis loin de ta famille, et tu as besoin de les voir, c’est légitime. Quel est le meilleur moyen pour toi de leur rendre visite ? Le train, c’est bien. Si ça doit être l’avion, c’est OK aussi, si tu as conscience de ce que tu fais, et que c’est VRAIMENT la meilleure solution.

L’été dernier, nous avions décidé de venir en France en voiture. Cela avait été l’enfer avec les enfants. J’ai cru devenir folle à cause de leurs hurlements (j’ai une résistance au bruit proche de -80000, alors dans un endroit confiné… C’était vraiment insupportable nerveusement), et eux aussi ont passé de très mauvaises longues heures de voyage, même si nous avions étalé la route sur deux jours.

Alors cette année, quand la question s’est posée, j’ai dit un non catégorique à la voiture. Parce qu’aujourd’hui, vu l’âge de nos enfants leur tolérance à la voiture, et mon état de fatigue, cela n’était pas raisonnable. Quant au train, c’est un peu le même topo : les enfants sont priés d’être sages et silencieux, il faut changer de train 4 fois, et le prix est prohibitif. Quant au bus, n’en parlons pas, l’espace est vraiment réduit, les horaires souvent compliqués et vraiment pas adaptés à leur âge (pour rappel, P. a 3 ans, et I. aura 2 ans en octobre). L’avion n’est pas la solution idéale, mais aujourd’hui, dans notre situation, c’est, de mon point de vue, la meilleure. Dans quelques temps, quand les enfants auront grandi, la question se posera différemment, et nous pourrons à nouveau envisager d’autres options moins polluantes.

La radicalité écologique : oui, mais jusqu’où ?

Mon mari (<3) n’est pas de cet avis. Alors qu’au début j’ai du le tirer vers l’écologie, il est devenu beaucoup écolo que moi sur de nombreux sujets. Et prendre l’avion, c’est vraiment devenu très difficile pour lui. Il trouve cela trop incohérent de de déplacer comme ça quand, comme nous, on a conscience de l’urgence écologique. Il n’a pas tort, c’est sûr ! L’avion est vraiment une calamité écologique, et on doit tout faire pour en réduire l’utilisation. Et pour ça, mon mari (<3) à bien raison ! Il faut être radical, parfois.

Mais par où commencer ? Où notre radicalité doit-elle être ? Je ne suis pas prête à renoncer à nos familles, et notre situation est tout de même compliquée…bien que nous ne vivons pas si loin de la France ! Mon beau frère et ma belle sœur , par exemple, vivent en Indonésie, et la question de l’avion se pose forcément différemment pour eux ! Vivre sur une île à l’autre bout du monde, ou dans une capitale européenne accessible en train /bus /voiture, c’est quand même super différent. Bref, notre réflexion n’est pas encore aboutie.

Il y a des merveilles toutes proches de nous : nous sommes allés visiter ce château en 35 minutes de train !

Cette année, nous avons pris l’avion. L’année prochaine, nous verrons. Mais nous aimerions vraiment rester au sol. Cela ne nuit en rien à de beaux voyages et de belles découvertes. Nous sommes partis en week-end en amoureux à 35 minutes de train de chez nous, le week-end n’en était pas moins romantique que si nous étions allés à Venise. Et dans le même temps, je ne cesse de dire à nos amis de France de venir nous voir, que ce n’est pas loin, et faisable sur 3 jours… Cest si difficile de rester cohérent quand il s’agit de relations humaines, de famille ou d’amitié !

On se demande si, finalement, ça ne serait pas plus simple de devenir vegan ! 😅

Bonne fin de semaine ! 🙂

Jehanne

2 Comments

  • Laudato Si92 31 août 2019 at 21 h 32 min Reply

    si vous choisissez d’utiliser l’avion pour les raisons que vous mentionnez, faites-le. Mais ne dites pas que c’est LA MEILLEURE SOLUTION.. Un trajet de Prague à Paris pour 4 personnes, ça émet énormément de CO². A moins de replanter une forêt pour compenser, je pense que ce n’est pas très favorable au climat. Après, je comprends que certains choix soient difficiles, mais si on veut vivre dans la vitesse, le confort et le low cost, ce n’est pas forcément le mieux du point de vue Laudato Si. Le bruit que vous n’entendez plus en voiture, il est subi par les habitants des environs des aéroports, qui ont en plus des émissions de fuel dans leurs nuages.. Si vous voulez vraiment être « écolo », attendez un peu avant de revenir en France, et choisissez le train. Sinon, sentez-vous libre et dites que vous cherchez à minimiser le temps de transport, c’est tout. Pour moi, aller à l’autre bout de l’Europe pour un WE, ça me semble un petit peu problématique. Je suis allé 6 fois en Italie, soit en train (15H de trajet) soit en bus (encore + long) mais ça me semble préférable et puis j’y vais pour une semaine… Mieux vaut bien profiter d’un voyage qu’en faire 5 très courts, avec des trajets polluants et peu de temps sur place, à mon humble avis. Contre l’accélération du temps, je suis favorable au ralentissement : prenons le temps de respirer, surtout en dehors du travail ! Merci à vous pour ces réflexions et continuons à réfléchir à l’avenir de notre Maison Commune !

    • Jehanne 1 septembre 2019 at 8 h 37 min Reply

      Merci Hervé pour votre réaction ! Je ne dis pas que c’est la meilleure solution tout court, je dis que c’est la meilleure solution POUR NOUS, AUJOURD’HUI, et qu’on a hâte que ça change. D’ailleurs, quand nous voyageons sur de longues distances sans les enfants, c’est bus ou train, parce que c’est adapté à notre situation.
      Quant à traverser l’Europe pour un week-end, on est bien d’accord : nous avons rentabilisé le trajet et sommes restés 10 jours sur place.
      Mais pour ce qui est de repousser nos retours en France, je pense que ce ne serait pas ajusté. Parce que, à mon avis, les relations humaines et familiales sont premières par rapport aux émissions de co2.
      Pour moi, l’écologie, aussi importante et fondamentale soit-elle, ne doit pas prendre le pas sur tout le reste. Tout est une question d’équilibre.
      À mercredi pour le prochain article, je pense qu’il vous intéressera !

Leave a Comment