Instant confession : parfois, j’en ai marre de boycotter Amazon

colis amazon triste bad amazon new-york times

Bonjour bonjour ! Après quelques semaines sans écrire par ici, je fais mon grrrrand come-back avec un sujet qui devrait en intéresser certains : mon boycott d’Amazon, et les sacrifices et déceptions que cela peut induire. Pourquoi cet article ? Parce que justement, cette semaine, je suis un peu énervée à ce sujet, et qu’écrire et partager tout ça devrait m’aider à re-choisir d’acheter autrement !

“Sauvez les librairies”, qu’ils disaient…

Je vous raconte. L’anniversaire de mon mari est mi-décembre. En bonne épouse organisée (lol), j’avais trouvé une chouette idée de cadeau pour lui. Il avait découvert par hasard le travail du cuir, et le sujet l’intéressait, donc j’ai recherché un livre sur le sujet, avec de belles images, et tout, pour qu’il puisse assouvir sa curiosité. Ne le trouvant pas d’occasion, je suis allée dans une librairie francophone de Prague pour le commander, en même temps qu’un livre sur la saponification pour moi. Le délai de réception est de deux semaines, donc j’étais large pour l’anniversaire de mon amoureux, et le bouquin sur les savons, je comptais me l’auto-offrir pour Noël (dans mon sac à cadeaux, évidemment ! 😉 ).
Les semaines passent. J’attends des nouvelles de la librairie. Je m’y rends même en personne, au cas où elle aurait mal noté mon adresse mail. Rien. Les livres n’arrivent pas. L’anniversaire de mon mari passe. Sans cadeau, du coup. C’est pas grave parce qu’il s’en fiche, mais c’est rageant. Noël passe aussi. Toujours pas de livres, toujours pas de nouvelles de la librairie. Et là, la semaine dernière – donc plus de deux mois après ma commande – je reçois un mail !! Miracle ! Je l’ouvre et… le livre sur les savons est bien arrivé, mais, désolée, l’autre est en rupture. Deux mois pour s’en rendre compte et m’en avertir. J’étais furieuse, et surtout super déçue.

Le rapport avec Amazon ?

Les deux livres y étaient en stock lorsque j’ai fait ma commande : j’y avais fait mes repérages. Et ils seraient arrivés dans ma boîte-aux-lettres dans un délai d’une semaine maximum. Mon mari aurait reçu un cadeau d’anniversaire, j’aurais dévoré mon livre sur les savons tranquillement auprès du feu chez mes parents entre Noël et le Jour de l’An, et, surtout, j’aurais eu l’esprit libéré de ce souci pendant les deux mois où j’attendais en vain.

Alors oui, il y a des jours, comme ça (qui peuvent durer 2 mois !), où j’en ai marre de faire des efforts pour faire plaisir à mon empreinte et à ma conscience écologiques. Parce que déjà, de base, un effort, c’est…un effort ! Il s’agit d’être organisée, d’anticiper, de se déplacer, de payer plus cher, parfois… Et franchement, quand c’est pour se taper les effets secondaires de si je n’avais pas fait d’effort (à savoir, un colis qui arrive après la course, comme si je n’avais pas anticipé), c’est un peu décourageant.

Et de temps en temps, j’ai bien envie de baisser les bras ! De consommer plus facilement, de profiter à fond des avantages que peuvent m’apporter les entreprises comme Amazon, de ne pas me poser 1000 questions, et d’avoir mes bouquins quand j’ai besoin de les avoir. Mais pourquoi je continue à me prendre la tête, alors…?

Alors, on baisse les bras, ou pas ?

Il y a tant de bonnes raisons de tenir le coup, même quand on en a marre ou qu’on est blasé…! Pour ma part, outre le fait que les pratiques d’Amazon me révoltent et qu’elles sont destructrices pour la planète mais surtout pour l’homme, j’essaie de me rappeler quelles sont mes convictions profondes, qu’est ce qui est VRAIMENT important pour moi, et pour ma famille. Par exemple, si mon mari était très sensible aux cadeaux, peut-être que j’aurais fait un choix différent, mais ce n’est pas le cas donc je peux me permettre d’être plus souple sur ce point.

Réduire ses émissions de carbone ou sa consommation, ce n’est pas une fin en soi. Ce qui est important selon moi, c’est d’être en accord avec sa conscience, d’être en cohérence avec soi-même. Enfin, le plus possible, je veux dire… Parce qu’à moins de vivre tout nu dans la forêt, on a forcément des incohérences dans notre façon de vivre et de consommer ! Et c’est ok. On va tous à notre rythme, selon nos capacités, notre degré de prise de conscience, nos moyens, notre passé et nos projets… Le tout, c’est de savoir où on en est, de savoir où on veut aller, où on va concrètement, et d’essayer de mettre tout ça en cohérence. Et si ça veut dire que, demain, j’achèterai quelque chose sur Amazon (par choix, par dépit, par manque de solution alternative, ou que sais-je), eh bien c’est toujours ok. Tant que ça ne veut pas dire que je baisse les armes et que je renonce à tout.

Voilà voilà. Cet article, le premier de 2020, est un peu décousu et pas illustré, et j’en suis désolée, j’espère que vous arriverez à me suivre quand-même ! Je vais essayer de retrouver un petit rythme d’écriture cette année (les bonnes résolutions… que j’ai déjà prises à la rentrée de septembre…! Un jour j’y arriverai !). N’hésitez pas à me dire ce que vous avez envie de lire ici, quels sujets vous intéressent. J’envisage d’ajouter une catégorie sur le blog, que j’intitulerais “Je suis écolo, mais…”, où je décortiquerais avec vous les habitudes (ou les choix !) pas-écolo ou autre que j’ai, non pas dans un prisme de justification, mais plutôt de réflexion, de dédramatisation et d’encouragement. Si l’idée vous plaît, envoyez-moi un petit message ou un commentaire ! 🙂

Bonne année à chacun (on est encore en janvier, j’ai le droit de le dire, même si j’aurais pu le dire plus tôt ! 😉 ) et à très vite, ici ou sur instagram !

Jehanne

4 Comments

  • Anne-Françoise 22 janvier 2020 at 16 h 36 min Reply

    Ah oui, une catégorie “Je suis écolo, mais…” ça m’intéresse beaucoup !
    De notre côté on essaie de faire quelques petits pas…

    • Jehanne 22 janvier 2020 at 16 h 56 min Reply

      Je note ! J’ai déjà quelques idées, j’en ferai peut-être un article par mois. À réfléchir !

  • Maminka 22 janvier 2020 at 22 h 58 min Reply

    On peut juste ” baisser un tout petit peu les bras” pour ne pas avoir de crampe dans l’effort. C’est aussi avoir une certaine douceur avec nous-mêmes. Et parfois c’est celui qui est à côté de nous qui va soutenir notre bras pour que nous fléchissions pas trop. Vertu de l’entraide et de la responsabilité commune.

    • Jehanne 23 janvier 2020 at 8 h 39 min Reply

      C’est très vrai, merci ! 🙂

Leave a Comment