Ma (toute) petite analyse du « Cash investigation » sur le plastique

Hello hello ! Comme vous le savez, ici, on est assez branchés réduction de déchet, écologie, vie plus saine et tout et tout. Et comme vous ne le savez sans doute pas, parce que je n’en ai encore jamais parlé ici, nous n’avons pas la télé. Mais comme la thématique nous intéressait, nous avons regardé en replay le dernier Cash investigation, consacré à la thématique du plastique et de la pollution.

Je n’ai vu que des retours ultra-positifs sur cette émission. Les gens prennent conscience du problème, et c’est BIEN ! Je m’en réjouis ! C’est vraiment génial que cette émission puisse avoir un tel impact.

Pour ma part, j’ai été dérangée par un aspect de cette émission : le rejet de l’entièreté de la faute sur les industriels. Le reportage d’Élise Lucet est en fait complètement à charge : son objectif, c’est de prouver que les industriels sont très méchants et ne prêtent aucune attention à l’environnement. Ce qui est sans doute vrai (mais sans doute aussi de moins en moins). Et en attaquant ces grandes entreprises, elle tend à déculpabiliser totalement le consommateur. Elle développe la thèse selon laquelle, puisque les méchants industriels accusent les consommateurs d’être à l’origine de la production de déchets, cela est forcément faux, et les consommateurs n’y sont pour rien.

Des Tanzaniens triant une montagne de déchets plastiques.
Source : capture d’écran de Cash Investigation, Plastique : la grande intox

Sauf que, justement, les consommateurs…consomment ! Ils sont, à leur mesure, aussi responsables que les producteurs de plastique ! Car il est bien connu que le consommateur est roi. S’il n’achète plus que du recyclable, les fabricants de plastique seront bien obligés de changer quelque chose… Donc certes, ils sont responsables parce qu’ils produisent, mais il produisent parce qu’ils ont de la demande. Et c’est là que nous, consommateurs, intervenons ! Nous pouvons (pour ne pas dire que nous devons… 😉 ) changer de mode de consommation, et ainsi pousser les industriels à changer.

Sauf qu’à aucun moment, l’enquête n’évoque cette possibilité. Il y a juste une micro-intervention de 3 minutes de la responsable de Zero-Waste France qui évoque le sujet en toute toute fin d’émission. Et c’est vraiment dommage ! C’était l’occasion rêvée de profiter d’une émission populaire, suivie par de nombreux français, pour faire passer un message ! Et le seul qui est passé, finalement, c’est « consommez comme vous voulez, surtout ne changez rien. Vous n’êtes pas responsables, les méchants, ce sont les industriels ». Il n’y a pas comme un problème, là?

6 Comments

  • Marie-Cécile 26 septembre 2018 at 0 h 11 min Reply

    J’ai vu aussi ce documentaire. (Mais pas jusqu’au bout, je le confesse !) et je ne peux qu’approuver ton propos ! Cette enquête a certes le mérite de faire la lumière sur les manières de procéder des grands industriels, mais en effet, nous savons tous que les torts sont partagés…

    • Jehanne 26 septembre 2018 at 7 h 56 min Reply

      Oui absolument ! Nous aurions tant de choses à faire pour changer les choses…

  • ui 29 septembre 2018 at 14 h 10 min Reply

    ou mieux le recycler

    • Jehanne 29 septembre 2018 at 16 h 08 min Reply

      Ce serait en effet un bon début. Mais cela ne suffira malheureusement pas…

  • Nathanaël 3 octobre 2018 at 23 h 03 min Reply

    Salut Jehanne, merci pour cet article. Je n’ai pas vu l’émission mais je partage cet avis, que la responsabilité est partagée entre tous les acteurs.

    • Jehanne 3 octobre 2018 at 23 h 04 min Reply

      Merci pour ton commentaire ! Et bien sûr, nous avons bien du travail pour changer le monde ! 😉

Leave a Comment