Une (très) brève histoire du Mur John Lennon.

Ici, à Prague, il y a un endroit que TOUT LE MONDE visite, mais que (presque) PERSONNE ne comprend. C’est le Mur John Lennon. Situé dans le quartier de Malá Strana, ce mur, qui longe le jardin des Chevalier de Malte, est couvert de graffitis, évoquant pour la plupart la liberté, mais aussi l’amour, et surtout des inscriptions du type « Johanna & Peter — 2018 — Souvenir » ou « From Paris with love »… Ce sont ces dernières qui m’agacent, parce qu’elles prouvent que la plupart des gens qui viennent voir le mur John Lennon n’ont absolument aucune idée de ce qu’ils ont en face d’eux, et de pourquoi cet endroit est un symbole fort de la lutte contre l’oppression (aka, le communisme). Je vais donc vous raconter rapidement l’histoire de cet endroit, comme ça, si vous venez à Prague un jour, vous saurez de quoi il en retourne !

Gustáv Husák
Source : domov.sme.sk

En 1980, la Tchécoslovaquie est une dictature communiste (depuis 1948). Depuis 1975, c’est Gustáv Husák qui est à la tête du pays ; il a eu à affronter le suicide de Jan Palach, un étudiant qui s’est immolé par le feu en signe de protestation contre le régime en place, ainsi que la publication de la Charte des 77, à travers laquelle les intellectuels dissidents du pays, Václav Havel en tête, réclament le respect des Droits de l’Homme. Le pauvre Gustáv Husák est donc un peu en difficulté face à tous ces événements, et il décide donc de réduire la liberté d’expression (genre encore pire qu’avant, parce qu’on est en dictature communiste, quand même, donc c’est pas le monde des bisounours…), et d’être intraitable avec ses opposants politiques, qui finissent généralement en prison. Et accessoirement, écouter du Rock est hyyyyper mal vu (c’est une affreuse musique de capitalistes, comprenez-vous… D’ailleurs, pour l’anecdote, une des premières choses que fera Václav Havel après son accession au pouvoir sera d’inviter les Rolling Stones à chanter à Prague). Bref, grosse ambiance.

« Une dictature c’est quand les gens sont communistes, déjà. Qu’ils ont froid, avec des chapeaux gris et des chaussures à fermeture éclair. « 

C’est dans ce contexte que John Lennon se fait assassiner, le 8 décembre 1980. C’est un bouleversement dans le monde libre, mais aussi en Tchécoslovaquie, dans les milieux étudiants et dissidents. En effet, avec Lennon, c’est un symbole de Liberté qui disparaît. Des étudiants commencent alors à épancher leur tristesse sur ce mur, qui longe le jardin des Chevaliers de Malte et surtout, qui fait face à l’Ambassade de France. C’est un lieu stratégique, puisque la France représente, elle aussi, la Liberté. Les hommages à Lennon, mais surtout les appels à la paix et à la liberté fleurissent sur ce mur, dans des graffitis plus ou moins artistiques qui, chaque matin, sont effacés par le pouvoir. Le mur est nettoyé, parfois même repeint, tous les jours. Et toutes les nuits, de nouveaux graffitis apparaissent. Et ce manège dure des années, jusqu’à la fin du régime communiste en 1989, soit pendant près de 10 ans ! Et bien entendu, cela déplaisait très trrrrès fortement au pouvoir en place, qui faisait tout pour arrêter ces étudiants de s’exprimer. En 1988, il y eut des affrontements avec la police, notamment sur le Pont Charles tout proche, et des arrestations. Par les fenêtres de l’ambassade, les Français voyaient ce qu’il se passaient, mais ne pouvaient rien faire.

Bien entendu, aujourd’hui, ce mur n’est plus seulement un hommage à Lennon. Il est surtout devenu un symbole de liberté, de paix, de lutte contre l’oppression, mais aussi de la jeunesse qui se lève. Le mur John Lennon évolue encore chaque jour, bien que personne ne vienne le nettoyer : chacun y apporte son petit message, sa petite œuvre d’art (ou pas hihi), sa petite phrase de Lennon (avec le plus souvent « You may say I’m a dreamer » ou « Love is all you need »), sa déclaration d’amour (hélas). C’est donc un lieu qui change sans cesse. On pourrait faire un time-lapse, ça serait marrant, tiens ! Ou simplement, le photographier une fois par jour… On verrait à quel point il ne se ressemble jamais ! Et aussi, à quel point il attire le monde entier autour d’un message de paix. Bon, c’est un peu une paix dégoulinante de bons sentiments, mais c’est déjà ça, n’est-ce pas?

2 Comments

  • Miliesse 24 septembre 2018 at 8 h 24 min Reply

     » …et surtout, la paix dans le monde ! »

    • Jehanne 24 septembre 2018 at 8 h 30 min Reply

      😂😂 « un monde en paix »

Leave a Comment